Le G20 : Bilan positif pour les cryptos !

 

 

 

 

 

 

A l’issue de ce G20 d’Argentine, les ministres des Finances du G20 et les banquiers centraux,

n’ont conclu aucun accord pour la mise en place d’une régulation à l’échelle mondiale malgré l’appel de la France, de l’Allemagne, du Royaume-Uni, du Canada ou encore du Japon.

Cette hypothèse a rapidement été refroidie par le président du Conseil de stabilité financière, Mark Carney, qui a indiqué dimanche,

dans une lettre adressée aux ministres que les « cryptos actifs ne font pas courir de risque à la stabilité financière mondiale »,

mais a invité une plus grande collaboration internationale afin de surveiller leur évolution.

Les ministres et banquiers refusent de considérer le Bitcoin comme une monnaie,

étant donné que « Les crypto-actifs n’ont pas les attributs clés des monnaies souveraines »,

mais soulignent les atouts de la technologie sous-jacente qui « a le potentiel d’améliorer l’efficacité et l’inclusivité du système financier et de l’économie en général ».

Le groupe de travail a convenu de «promouvoir les conditions nécessaires pour aider à développer l’infrastructure en tant que classe d’actifs »

et a invité à « développer une liste d’options à examiner lors de notre réunion en juillet ».

 

« Nous reconnaissons que l’innovation technologique, y compris les crypto-actifs sous-jacents,

a le potentiel d’améliorer l’efficacité et l’inclusivité du système financier et de l’économie en général.

Les crypto-actifs soulèvent cependant des problèmes en ce qui concerne la protection des consommateurs et des investisseurs,

l’intégrité du marché, l’évasion fiscale, le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Les crypto-actifs n’ont pas les attributs clés des monnaies souveraines.

À un moment donné, ils pourraient avoir des répercussions sur la stabilité financière.

Nous nous engageons à mettre en œuvre les normes du groupe d’action financière (GAFI) en ce qui concerne les actifs cryptographiques,

attendons avec impatience l’examen de ces normes par le GAFI et invitons le GAFI à faire progresser la mise en œuvre mondiale.

Nous appelons les organismes internationaux de normalisation (SSB) à poursuivre leur surveillance des crypto-actifs et de leurs risques,

en fonction de leurs mandats, et à évaluer les réponses multilatérales selon les besoins. »

Chez DailyFX, nous pensons que les crypto-monnaies seront tôt ou tard régulées.

Une autorité mondiale semble plus adaptée à ce marché,

étant donné que les régulations nationales ne peuvent pas avoir suffisamment d’influence sur ce marché du fait de la présence mondiale des crypto-monnaies.

De plus, les Etats ne semblent pas avoir d’autres choix que de réguler ce marché,

car la technologie de ces actifs empêche toute manipulation ou arrêt d’un tiers parti du fait de leur décentralisation.

 

Après ce sommet du G20 que décidera la France ? Alors que Paris envoyait des signaux très frileux à l’égard du secteur ces derniers mois,

le gouvernement semble faire une volte-face totale.

Lundi soir, Bruno Le Maire a signé une tribune sur le site Numerama dans laquelle il annonce que la France ne “ratera pas cette révolution”.

Le gouvernement va proposer un cadre législatif aux entreprises qui souhaitent lever des fonds en cryptoactifs (ICO, pour “initial coin offering”).

Ce nouveau levier de financement permet aux start-up de trouver de l’argent sans passer par le capital-risque.

Presque aucun État, à l’exception de la Suisse, peut se targuer d’un tel dispositif.

Il devrait se matérialiser par un visa délivré par l’Autorité des marchés financiers (AMF) qui certifiera le sérieux des projets,

(clarté de l’information, existence d’une société commerciale portant le projet, utilisation de la blockchain de façon sécurisée,

mécanisme de séquestre des fonds, attestation d’expert ou notation du projet, etc.).

Jusqu’à présent, les ICO souffraient d’un profond manque de confiance du fait, notamment, que de nombreux épargnants ont été arnaqués.

Inversement, des sociétés ont trouvé des relais de croissance qu’ils n’auraient pas obtenu ailleurs… “Clarifier le droit pour attirer l’innovation,

identifier les risques sans entraver notre écosystème, voilà notre démarche”, a écrit Bruno Le Maire.

 

Les crypto-monnaies ne seront pas régulées pour le moment, ce qui a fait remonter les cours, il faudra patienter encore un peut pour une régulation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *